Vous êtes ici

Un ange passé trop vite, suivi d'un débat en présence du réalisateur et d'associations autour du deuil.

Cinéma

3 projections spéciales suivie d'un débat animé par Mme Carole Rueda (Fondation EVE la VIE) le mercredi 27 février à 20h30 / Mme Stefania Lemière (Fondation AmiVie Genève) le mardi 5 mars à 18h45 / Mme Lydia Muller (Association Entrelacs) le jeudi 7 mars à 20h30.

Le réalisateur Nasser Bakhti sera présent à toutes les séances.

Explorer le quotidien de ceux qui restent avec leur douleur après la perte d’un enfant et leur donner une voix. Ces endeuillés qui se révèlent et révèlent leur difficile vécu. Composer avec la perte, refouler, oublier et cicatriser pour arriver à apprivoiser la vie à nouveau. Il y a aussi l'entourage, maladroit, qui tient des propos malheureux ou ne dit rien et fait tout pour éviter ceux qui souffrent. Un film fait de sourires et de chagrins.

youtu.be

2008, Johann 22 ans, tombe dans l’Arve et disparaît. Pour Lucie et Gérald, les parents, le deuil semble impossible tant l’épreuve est contre-nature.

Le film dresse le portrait d’un couple qui se retrouve face à cette réalité brutale et, de là, propose une exploration sur le chemin escarpé du deuil, avec aussi les témoignes d’autres parents. Il aborde aussi l’amour fidèle, intemporel et primordial que vouent les parents à leur enfant.

Le film invite à penser la vie et la mort autrement, pour mieux comprendre certaines réactions humaines, et mieux aborder des situations de vie auxquelles nous pourrions tous être confrontés un jour, car cela n’arrive pas qu’aux autres.

Un ange passé trop vite: comment montrer le deuil d'un enfant au cinéma

Tarif unique 13.-
Cinélux
Cinéma
Jonction
8 blvd St-Georges
1205 Genève
Suisse
Du 07/02/2019 au 07/03/2019