Vous êtes ici

5 chocolateries pour titiller vos papilles

Découverte

Le chocolat intrigue, le chocolat incite, le chocolat provoque et finit toujours par séduire pour laisser ses nuances gustatives exploser en bouche. Délicat et nuancé, ce péché gourmand offre un voyage au cœur des saveurs, à l’épicentre du goût. Il fait traverser les années, rappelant les délicieux goûters de notre enfance, les chasses aux oeufs sucrés dans le jardin et les cœurs rouges si délicieux offerts à la première Saint Valentin. Parfois doux et raffiné, parfois piquant et épicé, parfois aigre et acidulé, le chocolat se décline dans toutes les facettes entre les mains expertes des maîtres chocolatiers. Emblème délicieux et gourmand de la Suisse, nous en consommons pas moins de 11 kilogrammes par année. Pour remplir cette norme, Color My Geneva vous a préparé une liste de cinq chocolateries genevoises à (re)découvrir! 

 

 

Chocolaterie Micheli

Rue Micheli-du-Crest 1, 1205 Genève

Lieu emblématique de la rue Micheli-du-Crest, la chocolaterie éponyme a ouvert ses portes pour la première fois en 1964. Créée par Pierre Poncioni, elle est rapidement devenue très prisée par les habitants du quartier et les amoureux du chocolat. Récemment reprise par Philippe Rielle, la chocolaterie s’est dotée d’une décoration élégante et moderne, alors que les délicieuses recettes originales ont été conservées. Ainsi, les délices chocolatés se dégustent aujourd’hui sur des tables en marbre clair, assis sur des chaises deep turquoise, mais toujours en profitant de la vue qu'offre l’immense baie vitrée. 

 

 

Favarger 

Quai des Bergues 19, 1201 Genève
Boutique de la Manufacture - Chemin de la Chocolaterie 2, 1290 Versoix 

Entreprise familiale, Favarger perdure la tradition depuis 1826, maitrisant l’ensemble des étapes de la production. Avec toute la production réalisée à Genève, cette chocolaterie propose uniquement des chocolats avec des arômes naturels et sans huile de palme. L’institution a récemment inauguré son Bar à Chocolatsdans la boutique sur le quai des Berges. Vous y trouverez les intrigantes pièces des huit collections, proposées par le nouveau chef confiseur-chocolatier, Marc-André Cartier.

 

 

Du Rhône Chocolatier

Rue de la Confédération 3, 1211 Genève

Maison ouverte en 1875 à Genève, Du Rhône Chocolatiera conquis le globe, avec des boutiques àZürich, Londres, New York, Montréal, Berlin, Taipei, Riyad, Dubai et Mumbai. Valorisant l’artisanat et la tradition, cette institution genevoise propose toujours les fameux pralinés, qui avaient autrefois enflammé les papilles de Grace Kelly, Winston Churchill ou encore le Général de Gaulle. En plus des gammes traditionnelles, elle concocte des délices saisonniers, à déguster sur place accompagnés d’un thé fruité ou café corsé.

 

 

Teuscher 

Rue de la Corraterie 16, Genève

Avec une décoration attrayante et féérique qui change au fil des célébrations et des saisons, Teuscher présente plus de 100 variétés de pralinés. En franchissant le seuil de la porte, les visiteurs sont directement submergés par une odeur envoutante et sucrée. Les recettes utilisées aujourd’hui sont le fruit des recherches d’ingrédients et d’années d’expérimentations du fondateur, Adolf Teuscher. L’une des pièces phares de la maison, Truffe au Champagne Dom Pérignon, fête d’ailleurs ses 70 ans. 

 

 

Confiserie Sprüngli 

Bongénie, Rue du Marché 34, 1204 Genève
Aéroport Genève Transit, 1215 Genève

Fondée à Zürich en 1836, la Confiserie Sprüngli & Fils a ensuite été divisée en deux maisons : Lindt & Sprüngli, qui a opté pour une production industrielle, et la  Confiserie Sprüngli, qui reste une maison artisanale. Principalement basée à Zürich, elle est venue pour la première fois à Genève en 2012. En continuant son ascension dans la Cité de Calvin, elle a ouvert une seconde boutique au centre ville il y a deux ans au plus grand plaisir des adulateurs des Luxemburgerlis.

 

 

Et vous, par quelle merveille chocolatée laisseriez-vous vous tenter ?

 

 

Eugénie Rousak – Journaliste pour Color my Geneva, tous droits réservés

Crédit photo: Eugénie Rousak