Vous êtes ici

Émilie Gourd, une féministe genevoise révolutionnaire

Émilie Gourd, une féministe genevoise révolutionnaire

Crédits photo : @RTS.ch

 

Saviez-vous que la fondatrice de la première revue féministe au monde était née à Genève ? Découvrons ensemble son histoire et pourquoi elle a été l’une des figures les plus marquantes du féminisme suisse pendant le XXème siècle.

 

Née en 1879 dans une famille de la haute bourgeoisie protestante genevoise, Émilie Gourd était une journaliste et militante du droit des femmes qui se présentait elle-même comme une « féministe de carrière ».

 

Après sa formation à l’école supérieure de jeunes filles, elle décide de suivre les cours universitaires d’histoire et philosophie en tant qu’auditrice libre, vu que son diplôme ne lui permettait pas de s’inscrire à l’université. Elle travaille comme enseignante pendant quelques années et, en 1903, elle devient la secrétaire de l’association féministe « Union des femmes ». 

 

En 1909, elle rejoint l’Association genevoise pour le suffrage féminin et, quelques années plus tard, elle en deviendra la présidente.

 

En 1912, Émilie fonde « Le Mouvement féministe », la plus ancienne revue au monde dédiée à la cause des femmes dont elle restera la rédactrice en chef jusqu’à sa mort. L’objectif principal de cette initiative était de dénoncer et améliorer les conditions des femmes, en particulier concernant l’obtention du droit de vote qui sera possible seulement 25 ans après sa mort en 1946.

 

Consultez la revue la plus ancienne du monde (oui, elle existe encore !) sous forme d’un site web : www.lemilie.org.

 

 

 

Erika M. - Reporter & Collaboratrice pour Color My Geneva, tous droits réservés