Culture

Voyages de non-retour de Matylda Hagmajer

“On ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va “, écrivait Christophe Colomb.

Hissez les voiles, embarquez dans le roman d’aventures « Voyages de non-retour » de la genevoise Matylda Hagmajer ! Cette histoire, couronnée par le Prix des Bienveillantes remis lors du Festival du LÀC du 1er au 2 octobre 2022, est la promesse d’un périple passionnant et mouvementé sur la route de Indes à travers les océans, l’Empire Ottoman et la Perse jusqu’à Genève.

Historienne de l’art, Matylda Hagmajer est une magicienne qui fait surgir le passé au fil de ses recherches. C’est la première fois qu’un roman s’empare du sujet des indiennes, une toile de coton chatoyante imprimée très en vogue au XVIIème siècle. Le commerce de ce noble tissu a fait, à notre grande surprise, la richesse de Genève. D’ailleurs, le Château de Prangins lui consacre une exposition permanente révélant l’implication de nombreux suisses dans l’industrialisation et le commerce triangulaire. Matylda Hagmajer nous convie dans le sillage de trois personnages libres et émouvants à la découverte du nouveau monde.

Laissez-vous emporter dans le XVIIe siècle des grands voyages, au cœur de la production des tissus des indiennes. Vous ne serez pas déçus par cette épopée !

La romancière…

 Matylda Hagmajer, née à Varsovie vit depuis de longues années à Genève. Elle est historienne de l’art, passionnée par la recherche. En cette qualité,  elle  a publié de nombreux guides sur Genève hors des sentiers battus. Lors de la restauration de la Tour de l’Ile à Genève, une grande bâche a été accrochée sur le bâtiment durant les travaux. Elle a rédigé l’histoire – peu connue du grand public – de la Tour, vestige d’un ancien château. « Voyages de non-retour » salué par la critique est son troisième roman après « Comme la roche sous le pluie » et « Le soleil est éteint ».

 L’histoire…

Violaine fuit en 1682 l’orphelinat pour échapper au destin de misère qui lui semble promis. Pleine d’aspirations, elle s’embarque pour les Indes orientales. Les jumeaux Guillaume et Henri entreprennent eux aussi ce long et périlleux voyage, afin de se former au commerce des indiennes. Leur route à travers les océans, l’Empire ottoman et la Perse, puis jusqu’à Genève, va croiser celle de la jeune femme.

 Les points forts…

Matylda Hagmajer réussit brillamment à trouver un juste équilibre entre la fiction romanesque et l’Histoire du XVIIe siècle de la production des tissus précieux des indiennes. Ce périple instructif permet de comprendre les échanges commerciaux de l’époque et la place importante occupée par la Suisse en la matière. Ce roman nous ouvre ainsi le monde mystérieux des teintures avec ses couleurs chatoyantes et motifs délicats. De belles pages émouvantes sont consacrées à la nature, en hommage au monde qui nous entoure. Il y a du rythme, de l’ampleur, des aventures, des mésaventures pour notre plaisir de lecteur-voyageur. Un roman instructif que Color My Geneva vous recommande chaudement pour vos vacances.

Un extrait…

« La frégate se mit à manœuvrer pour accoster à Alexandrette. Violaine s’attendait à découvrir une langue de terre jaune, or le rivage était montagneux. Subitement, comme sorti de nulle part, un esquif avec une quinzaine de Turcs aux visages sombres, dressés à la proue, toucha la coque du bateau. L’un des hommes sauta à bord de la frégate et fit face au capitaine. Il s’exprimait rapidement en roulant le « r » et accentuant le « u » ; le secrétaire de bord traduisait tant bien que mal : les Turcs venaient s’enquérir du présent qui leur était dû lorsque les galères du Grand Admiral étaient en mer. Tout navire étranger passant à proximité se devait de leur payer une taxe. De gré ou de force. La somme s’élevait à deux mille écus, car le Bacha de la mer, le Grand Admiral de Turquie lui-même, honorait en ce moment les flots de sa présence. Le capitaine tenta de négocier, il se refusait à payer un supplément pour le Bacha. Le Turc impassible, un sourire narquois sur les lèvres, la main posée sur son sabre… »

Voyages de non-retour de Matylda Hagmajer (éditions Slatkine Genève 2022)

Sandrine Bourgeois-reporter pour Color my Geneva (tous droits réservés)

À lire aussi